0
Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

Talisman – Philosophie du paratonnerre.

Le mot Talisman est à lui-seul magique ; les millénaires ne l’ont point usé, simplement parfois décrié. Une humanité tantôt inquiète, tantôt avide, se montre toujours très prompte à accorder une foi puérile à n’importe quel objet, s’ il lui est présenté comme doué d’un pouvoir sur le destin, sur la santé, sur la richesse, sur l’ennemi. Cette naïveté universelle provoque une réaction inévitable : les gens d’esprit positif se doivent de hausser les épaules devant les fables qui enchantent et pipent les niais.<br/<
Mais ce n’est point là le vrai chemin ; pas plus que la basse industrie de l’horoscope ne doit nous amener à conclure que la philosophie astrologique est indigne d’étude ; la petite farce des amulettes ne doit pas nous persuader que les effets talismaniques sont des illusions. Avoir l’esprit positif, ce n’est pas prendre le contrepied de la naïveté populaire, c’est étudier sans parti pris le problème sur lequel on veut être éclairé.

Le problème des talismans peut s’analyser comme suit :

Réalité des talismans . Nous sommes constamment exposés aux actions les plus diverses de tous les facteurs qui sont en jeu dans le milieu au sein duquel nous évoluons. ; par exemple, constamment exposés à l’action d’un rayon de soleil, d’une ondée, d’un coup de tonnerre. Dès lors, de deux choses l’une : ou bien nous n’avons aucun moyen de nous soustraire à ces attaques de facteurs influenciels, ou alors, nous devons nous résigner à tout subir sans même tenter un effort de protection ; ou bien, nous sommes capables de trouver et de mettre en œuvre de tels moyens, et alors, nous sommes en droit de parler de talismans, d’effets talismaniques, moyennant une définition correcte et acceptable : tout ce qui dirige sur nous une influence souhaitée, tout ce qui éloigne de nous une influence redoutée, est un talisman. Nous ne parlons pas de phénomènes physiques clairement établis contre lesquels nous employons des protections qu’on ne peut pas appeler talismans à l’exemple du parapluie contre l’averse ou l’ombrelle contre les rayons du soleil…

Nous appellerons talismans ce qui nous préservera, ce qui corrigera la chance, ce qui pourra modifier nos rapports avec le milieu environnant par des voies incomprises, en faisant intervenir des forces dont le jeu reste inexpliqué. Mais ceci nous ramène aux limites humaines, à la frontière mouvante de l’acquis humain car l’inexpliqué d’aujourd’hui est normalement le parfaitement connu de demain. Prenons par exemple le paratonnerre. Imaginez qu’un Grec ayant réalisé par hasard en construisant autre chose, un paratonnerre correctement établi, sur le temple de la déesse Minerve, se soit aperçu de ses effets : la foudre tombant plus souvent sur ce temple, comme par prédilection, mais sans le frapper, sans dégrader ses sculptures et surtout sans jamais atteindre ni un prêtre, ni un fidèle, ni même un humble chien, réfugiés dans ce temple. Ce Grec aurait dit à ses concitoyens : j’ai trouvé un talisman contre la foudre sans pouvoir l’expliquer avec tout son mystère entre la terre soumise au feu du ciel. Il eut fallu attendre Franklin qui aurait pu expliquer ce talisman.. par une simple prise de terre. Le mystère du talisman disparaissait. Mais en réalité, c’était bien le mystère de la foudre qui s’évanouissait. Le jour où la foudre a cessé d’être l’énigmatique manifestation du courroux de Jupiter, pour devenir une décharge électrique entre sol et nuages, en même temps, le dispositif qui nous en protège a cessé d’être un talisman pour devenir un article de couvreur.

Règles logiques relatives aux talismans

Il est possible de tenter quelques vues pratiques sur les talismans. Tout d’abord on peut penser que le métal, la couleur (longueur d’onde de la planète concernée) et la gemme de cette planète dominante mettent le sujet en harmonie avec le ciel. Sur le plan talismanique qui met en jeu la cryptophysique, le plus logique sera de faire appel aux règles de la chromatique. lLe plus important sera la longueur d’onde de la planète dominante du thème car connaissant la longueur d’onde, nous pouvons en déduire la couleur . Par exemple, pour obtenir un écran contre un transit de Saturne, qui est jaune, on fera appel à la couleur complémentaire qui est le violet, donc à Jupiter et à l’étain.. Contre un transit de Mars, (orangé), le bleu, donc le soleil et l’or…

Date du premier port d’un talisman

L’effet d’un talisman dépend certainement de l’instant de sa prise en possession, véritable inauguration de son rôle. C’est là une règle générale en Astrologie. : la première impression créait les germes et c’est pour cela que le thème de naissance reste le document capital pour tous le film de la vie.. La règle relative au premier port d’un talisman est simple ; il faut qu’un plexus général comme la part de fortune soit sous les rayons harmoniques des Luminaires.

Les chances d’obtenir un effet talismanique

Il est évident qu’on ne peut pas tout demander à un talisman tout comme on ne peut pas tout demander aux forces du Ciel. Nous n’attendons pas d’un paratonnerre qu’il nous fasse gagner aux courses. Sur le plan Astrologiques, les choses se présentent ainsi : l’effet souhaité ne peut venir que d’une planète, qui n’est pas en action. ; l’effet redouté vient d’une planète qui est en action et qui perturbe la vie de la personne subissant ses influx. Le talisman peut-il substituer la planète désirée à une autre ? Matériellement , la question est saugrenue ; symboliquement, cette transposition est possible.

Les figures magiques des ondes de forme

Le Vivant peut se mettre en relation avec le Ciel par la Musique. C’est là une vue qu’aucune religion ne peut repousser ; les messe basses, les prières parlées sont réservées au culte quotidien. Dans les occasions solennelles, la messe est chantée et la créature adresse des cantiques au créateur. Nous pouvons penser que l’audition est la seule sensation qui parvienne à notre âme. Le Cosmos est une harmonie de nombres et Dieu s’exprime par cette harmonie ; or, cette harmonie est musicale parque tout nombre s’exprime, inversé, par une fréquence sonore ; la musique n’est que l’envers des nombres (une arithmétique occulte)

Il importe peu, du point de vue philosophique, qu’un homme appelle Dieu à son aide par la prière, par la médaille ou la relique, qui devient alors un talisman, par la magie qui cherche à utiliser les forces occultes de l’au-delà ; le fait est là que les hommes demandent à Dieu ou à ses Saints, ou aux objets bénits, ou à la sorcellerie, ou aux rites de la magie, un appui, une aide temporaire ou durable, une protection. Lorsque l’on croit que les événements ont régis par des configurations planétaires, cela revient, en somme, à demander à Dieu qu’un dispositif astral soit remplacé par un autre.

Par exemple que le dispositif réel, qui laisse hors du jeu la planète dont on attend un bienfait, soit remplacé par un dispositif magique qui mette cette planète en action. A l’inverse, que le dispositif réel qui donne des leviers à une planète funeste, soit remplacé par un dispositif magique qui rende cette planète inopérante : or, cela est évidemment impossible sur les thèmes réels ; mais par contre, rien ne s’oppose à ce que de telles substitutions se produisent sur les thèmes symboliques musicaux : un verre bleu élimine toutes les longueurs d’ondes que nous envoie le Soleil, sauf le bleu souhaité.

L’ordre cosmique planétaire (ordre des 7 planètes du système solaire) diffère de l’ordre cosmique musical. Il est donc possible sur un thème natal de définir les bienfaits ou les méfaits de telle ou telle planète dont les influx (longueur d’ondes) sont bénéfiques ou maléfiques. Il est tout aussi possible d’agir sur les maléfiques en adoptant l’ordre musical pour établir un contact vibratoire avec les forces du haut – Dieu. Cette protection devient alors un talisman.

Quel était l’heptagramme réel à votre naissance ? Quel pourrait être est votre thème magique ? Quelle planète dominante harmonise ou dis-harmonise votre existence ? Est-elle bénéfique ou maléfique ? Peut-on amoindrir ses influx ?

Si vous vous intéressez à cette étude, contactez-moi par mail.
parisespace-eco@wanadoo.fr