1
Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

PROBLÈMES RESPIRATOIRES

COMMENT LA POLLUTION DE L'AIR AFFECTE-T-ELLE LA SANTE ?

Asthme & Allergies dans l’habitat

2 approches

On ne ventile pas son logement = hausse du CO2, hausse des polluants chimiques COV et particulaires, hausse du taux d’humidité et émergence des moisissures et acariens

On ventile son logement 2 fois par jour minimum = baisse du CO2, baisse du taux d’humidité, des moisissures et des acariens. (Idem en mieux avec une VMC –ventilation continue). Risque d’importer en quantité dans le logement tous les polluants atmosphériques extérieurs – ozone, dioxyde d’azote, particules fines et ultrafines…responsables des crises d’asthme et des pathologies cardio-vasculaires. Il existe également une interaction entre les polluants chimiques intérieurs et extérieurs pour créer de nouveaux polluants toxiques comme le formaldéhyde. Toutefois cette solution est préférable à la première.

Concentration d’allergènes et sensibilisation
L’exposition aux allergènes a considérablement évolué ces dernières années. A l’intérieur des domiciles, les changements de style de vie et les modifications dues à la sur-isolation des habitats ont eu pour conséquence une augmentation de l’exposition allergénique. Les facteurs air confiné, humidité de l’air et chaleur ambiante ont permis le développement incontrôlé des acariens et moisissures. A cela s’ajoute les produits chimiques libérés par les matériaux (peinture, parquets…) puis parfois la présence d’allergènes d’animaux.
Les concentrations de ces allergènes joue un rôle dans la sensibilisation, l’allergie respiratoire et l’asthme car les périodes d’exposition sont importantes dans l’habitat, les enfants, les femmes au foyer et les personnes âgées passant plus de 80% de la journée dans ces environnements pollués. Il est donc nécessaire et indispensable de ventiler au minimum un logement au moins deux fois par jour.

Ventilation = souvent Pollution extérieure et allergie : cocktail explosif
Naturellement, pour une personne allergique, la pollution extérieure avec ses polluants aéroportés, qu’ils soient particulaires ou gazeux, représentera un facteur environnemental majeur pouvant amplifier la réaction allergique.
En effet, les microparticules de l’air pénétreront profondément dans l’arbre respiratoire au niveau des alvéoles pulmonaires. Le stress respiratoire sera continu.

Comment aider une personne allergique ?
Tout d’abord en la soustrayant aux sources de pollution, en abaissant la température ambiante dans les chambres à 19°C maximum et en ventilant régulièrement pour que l’humidité relative de l’air soit de 50% maximum. Ceci évitera la prolifération des acariens et la formation de moisissures. Puis en mettant des housses anti-acariens certifiées au niveau du lit. Ces housses enfermeront les acariens et leurs éléments allergéniques. Enfin, en ne mettant aucun matériau libérant des polluants chimiques (choix des peintures silicate, chaux, argile.. parquets écologiques non collés…).

Les solutions de base pour un enfant allergique, asthmatique ou un nourrisson à terrain atopique (un des 2 ou les deux parents sont allergiques):

Chambre:

  • Pas de papier peint
  • Pas de revêtements de sol collés et émissifs
  • Pas de meubles en particules de bois
  • Humidité ambiante maximum 50%
  • Température ambiante maximum 19°C - 20°C
  • Aucune moisissure sur les murs
  • Une ventilation type VMC
  • Des peintures alcalines type Keim
  • Des housses anti-acariens à barrière physique sans traitement anti-acariens - type immunoctem - Dyn'r ...
  • Jamais de désodorisants chimiques ou huile essentielle
  • Et si possible un purificateur d'air hyper-Hepa type IQair pour supprimer tous le polluants (maison suisse spécialisée depuis 55 ans dans la purification d’air